5. févr., 2018

L'empire Hoysala et son exubérante Architecture - Volet 3

Le temple de Chennakesava et ses 42 Madanika / salabhanjika

Le temple est un exemple classique du style Hoysala (voir volet 1) car il s'élève d'un socle en forme d'étoile, l'une des caractéristiques du bâtiment Hoysala.

Construit au XII eme siècle en stéatie , il aurait fallu plus de 103 ans aux Hoysala pour l' achever. 

Comme pour Le temple Hoysaleswara (à Halibidu - voir Volet 2) , tout n'est que profusion de sculptures  et de frises qui comprennent des éléphants, lions, yalis, chevaux, épisodes des épopées mythologiques indiennes. La frise la plus basse a une série de 650 éléphants

 

 

Typique de tous les temples Hoysala...

Moins habituel, .. Dans le saint des saints du temple de Chennakesava [chenna = belle Kesava = autre nom de Krishna - 8 eme incarnation de Vishnou) on découvre ...Krishna jouant de la flûte

 

Mais il y a aussi dans ce temple quelque chose de très special... Des scultptures qui conservent l'une des plus belles réalisations des artisans de Hoysala et constituent l'essence de la symbologie de l'art hindou.

42 figures (38 en exterieur et 4 à l'interieur du temple)  les plus merveilleusement sculptées appelées salabhanjika ou madanika

 

Les shalabhanjika sont des éléments décoratifs majeurs de la periode Hoysala.
Le nom de ces figures vient du sanskrit śālabhañjikā signifiant 'briser une branche d'un arbre Sala '. Connus également sous les noms madanakai , madanika ou shilabalika 

Cette sculpture en pierre gracieuse représente une jeune femme sous un arbre stylisé dans diverses compétences artistiques. Par exemple représentée en tant que danseuse musiciennes, chasseresse, etc..

Chaque pose de la madanika est différente de l'autre et elle représente une humeur amoureuse, mais non érotique même si les traits féminins du salabhanjika, comme les seins et les hanches, sont souvent exagérés. 

 

 Certaines madanikas sont le Darpana Sundari (beauté avec miroir) - notre photo -

Il est fascinant de voir dans chaque madanika les détails de chaque sculpture.


CourLe concept shalabhanjika provient d'un symbolisme ancien qui relie une jeune fille chaste au sala ou à l'asoka à travers le rituel appelé dohada , ou la fertilisation des plantes au contact d'une jeune femme. Le symbolisme a changé au fil du temps et les shalabhanjika sont devenus des figures utilisées comme sculptures ornementales.

@Histoire Secrete Volet 3 L'empire Hoysala et son exubérante Architecture  Fevrier 2018