21. oct., 2013

Le lac titicaca

Le lac Titicaca se situe à 3808 mètres d’altitude sur l' Altiplano entre Perou et Bolivie actuels. Il s’agit du plus haut lac navigable au monde et du plus grand lac de tout l’Amérique du sud. Il est immense… ses dimensions sont 170 km de longueur, 60 km de largeur et une profondeur maximale de 457 m !

A lui seul il constitue déjà un mystère. Comment imaginer que ce lieu , à plus de 3800 mètres fut il y a encore 12 000 ans la lagune d'un mer salée interieure, le Lago Balliviàn qui recouvrait une grande partie de l' Altiplano et dont les eaux etait environ 45 mètres plus hautes que les niveau actuel du Lac Titicaca.

Le lac Titicaca tient son nom du rocher Titi Khar'ka (ce qui signifie en aymara « Roc du Puma »), qui se situe sur l’Isla del Sol. L’Isla del Sol est le véritable centre de la mythologie inca. Mais selon une autre hypothèse, Titicaca serait une déformation de titijaya, qui veut dire « puma de pierre » (par référence aux pumas noyés et transformés en statues de pierre selon une légende locale)
Le lac Titicaca est pour les Indiens des Andes le berceau du premier Inca, le « Fils du Soleil » qui aurait surgi de ses eaux. « L’île du Soleil » est un lieu sacré, comme au temps de l’empire Inca.

Non loin du lac Titicaca, la ville de Tiwanaku  qui aurait compté jusqu' à 50 000 habitants fut la capitale d’un puissant empire préhispanique qui étendit son influence sur une vaste zone des Andes méridionales et au-delà, et atteignit (selon la version officielle  son apogée entre 500 et 900 de notre ère... datation qui nous le verront est très contestable.

C'est de cette civilisation que serait issus les Incas dont la mythologie confirment qu'ils ont migré de tiwanaku vers Cuzco pour y fonder les bases de leur futur empire.

Dans tous les cas , les vestiges de ses monuments témoignent de l’importance culturelle et politique de cette civilisation disparue.

Considéré sacré par les anciennes cultures andines, le lac a vu se succeder differentes populations anciennes dont les quechuas et les aymaras, les deux familles ethniques les plus importantes de l'ancien Pérou encore aujourd'hui. Une composante ethnique a cependant disparu . Une légende locale autochtone prétend que les premiers habitants de la région avaient six doigts et s'appelaient les Uros. De nos jours, on appelle Uros ceux qui vivent sur des îles flottantes faite d'accumulation de couches de roseaux.