4. nov., 2017

Volet 15: Encore plus impréssionnant que les Grandes pyramides de Gizeh

 

Decouvrir ce qui a été construit à Moéris ( Egypte) qui selon de nombreuses sources antiques

(dont Herodote) surpassait alors, même la grande pyramide de Gizeh. 

Suivre ce lien: http://fr.calameo.com/read/0009137040b5cd93f4f8e

****

Details des témoignages historiques sur ce lieu : 

Le temple égyptien colossal a été nommé "Labyrinthe" par les Grecs .

Hérodote a écrit sur le labyrinthe après sa visite du bâtiment au Ve siècle av JC

Hérodote décrit le labyrinthe comme un grand monument pour les douze rois (dodecarchs), surpassant même les pyramides. Selon Aegyptiaca de Manethon, préservé dans un épitome du début du 3ème siècle CE, le labyrinthe était la tombe du roi Lachares. 

Pour Diodore de Sicile (1er siècle avant notre ère), l'énorme tombe collective des douze rois fut construite par Mendes, alias Marros. Suivant une tradition différente, il rapporte que le roi Menas a construit une pyramide carrée et le labyrinthe. 

Strabon , qui a visité l'Egypte en 25-24 AEC, donne une description topographique précise, localisant le labyrinthe et la pyramide dans une zone en forme de trapèze. Il mentionne également un village voisin.Pour Strabon, le labyrinthe était un palais, un lieu de rassemblement, de justice et d'offrande pour les nomes d'Egypte.

 L'histoire naturelle de Pline (vers 70 CE) attribue le grand labyrinthe au roi Petesouchos ou Tithoes. 

Son contemporain Pomponius Mela l' attribue à Psammetichus. 

Dans Aelius Aristides (CE 117-181) livre "Aigyptios" le labyrinthe est un simple sujet rhétorique illustrant la grandeur de l'Egypte (Aigyptios 48, 1). 

Selon l'Historia Augusta (écrite au début du 4ème siècle), l'empereur romain Septime Sévère a visité le site du labyrinthe lors de son voyage en Egypte en 199-200 CE. L'état de conservation du bâtiment à cette époque n'est pas clair, mais sa signification symbolique et sa renommée sont restées (Historia Augusta 17, 4).

Hérodote (vers 484-430 av. J.-C.): Un passage des Histoires, Livre, II, 148.

 

148. En outre, ils (les 12 rois) ont décidé de se joindre tous ensemble et de laisser un mémorial d'eux-mêmes; et ils firent faire un labyrinthe situé un peu au-dessus du lac de Moéris et presque à l'opposé de celui qu'on appelle la cité des Crocodiles. C'est ce que j'ai visité et je l'ai trouvé plus grand que ce que les mots peuvent dire. Car si l'on devait rassembler et compter tous les bâtiments et toutes les grandes œuvres produites par les Hellènes, ils se montreraient inférieurs en travail et en dépenses à ce labyrinthe, bien qu'il soit vrai que le temple d'Ephèse et celui de Samos sont des œuvres dignes de mention. Les pyramides aussi étaient plus grandes que ne peuvent le dire les mots, et chacune d'elles est égale à beaucoup d'œuvres des Hellènes, aussi grandes qu'elles puissent être; mais le labyrinthe surpasse même les pyramides.Il a douze cours couvertes, avec des portes se faisant face, six sur le côté nord et six sur le sud, se rejoignant l'un à l'autre, et le même mur les entoure tous dehors; et il y a deux sortes de chambres, l'une en-dessous de la terre et l'autre en dessus, au nombre de trois mille, de chaque genre quinze cents. Nous avons vu nous-mêmes les chambres supérieures, et nous les avons vues de nos propres yeux; mais les chambres souterraines dont nous avons entendu parler seulement; car les Égyptiens qui en avaient la charge ne voulaient en aucun cas les montrer, disant que c'étaient les sépulcres des rois qui avaient d'abord construit ce labyrinthe et des crocodiles sacrés. En conséquence nous parlons des chambres du niveau sous terrain  par ce que nous avons reçu par ouï-dire, tandis que celles du niveau superieur nous les avons vus et avons trouvé que c'était des œuvres depassant la grandeur humaine. Pour les passages à travers les chambres, et les allées et venues à travers les cours, qui étaient admirablement ornées, ont donné matière à merveille, comme nous sommes passés d'une cour aux chambres au-delà, et des chambres aux colonnades, et des colonnades aux autres pièces, puis des chambres à nouveau aux autres cours.Sur l'ensemble de ceux-ci est un toit fait de pierre comme les murs; et les murs sont couverts de figures gravées, chaque cour étant entourée de piliers de pierre blanche parfaitement assemblés; et à l'extrémité du labyrinthe, à l'angle de celle-ci, il y a une pyramide de quarante brasses, sur laquelle de grandes figures sont sculptées, et à ceci il y a un chemin fait sous terre.

149. Tel est ce labyrinthe; mais le lac, que l'on appelle le lac de Moéris, à côté duquel ce labyrinthe est construit, est une merveille encore plus grande. 

Manetho Aegyptiaca (2, fragment 34) (3ème siècle BCE): 
Petit fragment de sa liste de rois égyptiens.

"Quatrième Roi, Lamares, huit ans, il a construit le Labyrinthe dans le Nome Arsinoïte comme une tombe pour lui-même."

Diodorus Siculus (1er siècle avant notre ère): Deux passages de son histoire, livre I 61.1-2 et 66.3-6.

"Quand le roi mourut, le gouvernement fut récupéré par les Egyptiens et ils nommèrent un roi indigène Mendes, que certains appellent Mares, bien qu'il ne fût responsable d'aucun accomplissement militaire, il se fit construire ce qu'on appelle le Labyrinthe comme une tombe, un édifice qui est merveilleux non par sa taille, mais par l'habileté inimitable avec laquelle il a été construit: pour une fois, il est impossible de retrouver son chemin sans difficulté, à moins qu'on ne l'éclaire par un guide qui le connaîsse parfaitement. On dit même que Daedalus passa en Egypte et, s'étonnant de l'habileté du bâtiment, construisit pour Minos, roi de Crète, un labyrinthe semblable à celui de l'Égypte, dans lequel comme le dit le récit, etait la créature appelée le Minotaure. Quoi qu'il en soit, le labyrinthe crétois a complètement disparu, soit par la destruction de quelque chef ou par les ravages du temps, mais le labyrinthe égyptien lui reste absolument parfait dans toute sa construction jusqu'à mon temps. 
Et saisis d'enthousiasme pour cette entreprise, ils s'efforcèrent de surpasser tous leurs prédécesseurs dans la construction de leur bâtiment. Car ils ont choisi un site à côté du chenal menant au lac Moeris en Libye et y ont construit leur tombeau de la plus belle pierre, en posant une forme oblongue et un stade de taille de chaque côté (* environ 200 M de cotés), tandis que pour la sculpture et pour  l'artisanat, ils n'ont laissé aucune place à leurs successeurs pour les surpasser. Car, quand on était entré dans l'enceinte sacrée, on trouvait un temple entouré de colonnes, de chaque côté, et cet édifice avait un toit fait d'une seule pierre, sculpté de panneaux et richement orné d'excellentes peintures. Il contenait des mémoriaux de la patrie de chacun des rois, ainsi que des temples et des sacrifices qui s'y déroulaient, tous habilement travaillés dans des peintures de la plus grande beauté. En général, on dit que le roi a conçu sa tombe sur une échelle si chère et si prodigieuse que s'ils n'avaient pas pu être achevé avant sa mort, mais ils n'auraient pas été en mesure de donner à leurs successeurs l'occasion de les surpasser dans leurs exploits architecturaux.

Strabon (vers 64 av. J.-C. - CE 19): Trois passages dans sa géographie, livre 17, I, 3 et 37 et 42.

"... le nombre total des nomes était égal au nombre de tribunaux dans le Labyrinthe, ils sont moins de 30. En plus de ces choses, il y a l'édifice du Labyrinthe qui est un bâtiment tout à fait égal aux Pyramides et à proximité le tombeau du roi qui a construit le labyrinthe, au point où l'on pénètre d'abord dans le chenal, à environ 30 ou 40 stades, un site plat en forme de trapèze qui contient à la fois un village et un grand palais composé de nombreux les palais sont en nombre égal à celui des nomes d'autrefois, car tel est le nombre de cours de péristyle accolées les unes aux autres, toutes alignées et adossées à un mur, comme si l'on avait un long mur avec les cours devant Les couloirs se trouvent devant le mur, devant les entrées, ce qu'on pourrait appeler des chambres cachées, longues et nombreuses, dont les chemins se chevauchent et tournent, de sorte que personne ne peut entrer ou laisser un tribunal sans guide. Et la merveille est que les toits de chaque chambre sont faits de pierres uniques et que la largeur des chambres cachées est couverte de la même manière par des poutres monolithiques d'une taille exceptionnelle; car nulle part le bois ou tout autre matériel n'est inclus. Et si l'on monte sur le toit, pas de grande hauteur parce que le bâtiment n'a qu'un étage, il est possible d'avoir une vue sur une plaine de maçonnerie faite de telles pierres, et, si l'on redescend de là dans les cours, il est possible de les voir allongés en rangée chacun soutenu par 27 piliers monolithiques; les murs aussi sont faits de pierres d'une taille non moins grande. 
Au bout de ce bâtiment, qui occupe plus d'un stade, se trouve la tombe, une pyramide sur une base oblongue, chaque côté environ 4 "plethra" de longueur et la hauteur à peu près la même; le nom de l'homme enterré là était Imandes. On dit que la raison pour laquelle les tribunaux sont si nombreux est le fait qu'il était de coutume que tous les nomes s'y réunissent selon leurs rangs avec leurs propres prêtres et prêtresses, à des fins de sacrifice, d'offrande divine et de jugement sur les plus importants. questions. Et chacun des nomes a été déposé dans la cour qui lui a été désignée. Et au-dessus de cette ville se trouve Abydos, où se trouve le Memnonium, un palais merveilleusement construit en pierres massives de la même manière que nous avons dit que le Labyrinthe a été construit, bien que le Memnonium diffère par sa structure simple.

Pline l'Ancien (CE 23-79): Un passage de son Histoire Naturelle, Livre 36, 84-89

«Parlons aussi des labyrinthes, œuvres tout à fait extraordinaires sur lesquelles les hommes ont dépensé leur argent, mais qui ne sont pas, comme on le pense, des produits de l'imagination: il existe encore en Égypte, dans le nome d'Héraclopolite, celui qui fut construit. d'abord, selon la tradition il y a 3600 ans par le roi Petesuchis ou Tithois, bien qu'Hérodote attribue tout l'ouvrage aux Douze Rois et à Psammétique, le dernier d'entre eux, plusieurs raisons sont avancées pour le construire. le tombeau de Moeris, mais la majorité des écrivains considèrent qu'il a été construit comme un temple du soleil, ce qui est généralement accepté, mais Daedalus l'a utilisé comme modèle pour le Labyrinthe qu'il a construit en Crète. sans doute, mais il est également clair qu'il n'en a imité que la 100e partie qui contient des chemins tortueux et des passages qui s'avancent et se retirent, impossibles à négocier. En marchant, comme on le voit sur les sols en mosaïque ou les étalages donnés par les garçons sur le Campus, on y enterre souvent des portes pour séduire le visiteur et le forcer ensuite à revenir dans les mêmes sentiers sinueux. Ce fut le second à être construit après le labyrinthe égyptien, le troisième étant à Lemnos et le quatrième en Italie, tous couverts de voûtes de pierre polie, bien que le spécimen égyptien, à mon grand étonnement, ait son entrée et ses colonnes en marbre de Paros tandis que le reste est du granite d'Assouan, ces masses étant réunies comme le temps lui-même ne peut se dissoudre même avec l'aide des Héraclopolitains; car ils ont considéré le bâtiment avec une haine extraordinaire.

Il serait impossible de décrire en détail la disposition de ce bâtiment et de ses parties individuelles, car il est divisé en régions et districts administratifs qui sont appelés nomes, chacun des 21 nomes donnant son nom à l'une des maisons. Une autre raison est le fait qu'il contient également des temples de tous les dieux de l'Egypte, tandis que Némésis a placé dans les 40 chapelles du bâtiment de nombreuses pyramides de 40 aunes couvrant chacune une superficie de 6 arourae avec leur base. Les hommes sont déjà fatigués de voyager quand ils atteignent ce labyrinthe déroutant de chemins; en effet, il y a aussi des chambres hautes élevées auxquelles on accède par des rampes et des portiques d'où l'on descend sur des escaliers de 90 marches chacun; à l'intérieur sont des colonnes de porphyre impérial, des images des dieux, des statues de rois et des représentations de monstres. Certaines des salles sont disposées de telle manière que lorsqu'on ouvre la porte, il y a un bruit de tonnerre; de plus on passe à travers la plupart d'entre eux dans l'obscurité. Il y a encore d'autres bâtiments massifs à l'extérieur du mur du Labyrinthe; ils les appellent "l'Escadre". Ensuite, il y a d'autres chambres souterraines faites par des galeries d'excavation dans le sol. Une personne n'a fait que des réparations là-bas - et elles étaient peu nombreuses. C' était Chaermon, l'eunuque du roi Necthebis, 500 ans avant Alexandre le Grand. 

Pomponius Mela (1er siècle de notre ère): Un passage dans sa chorographie, livre I, 9, 56.

"Le bâtiment de Psammetich, le labyrinthe, comprend dans le circuit d'un mur ininterrompu 1000 maisons et 12 palais, est construit en marbre et est couvert de la même matière. d'innombrables chemins, qui ont de nombreuses circonvolutions tordant ici et là, mais qui  causent une grande perplexité tant à cause de leurs sinuosités continuelles qu'à cause de leurs portiques qui inversent souvent leur direction, parcourant sans cesse les cercles les uns après les autres et retournant des pas aussi loin qu'ils sont allés en avant avec le résultat que le Labyrinthe est bourré de confusion en raison de ses méandres perpétuels, bien qu'il soit possible de se dégager. "

Les découvertes archéologiques montrent que le site fut occupé continuellement jusqu'au 7ème siècle. 

Malheureusement aujoud'hui il ne reste plus grand chose de conservé en surface ,du moins,  de ce qui etait certainement l'une des plus grandes réalisations en Egypte antique. 

[Corpus des sources antiques : http://www.labyrinthofegypt.com]