22. févr., 2017

volet 13 B - Les pierres de parements de la pyramide de Khéops seraient aussi artificielles

Les pierres de parement de la grande pyramide de Gizeh , supposés etre des blocs de calcaires blanc naturels issus et taillés de la carrière de Tourah ... serait egalement des pierres artifcielles reconstituées / réagglomérées...

 

 Résultat de recherche d'images pour "gizeh kheops parement"

En effet les échantillons provenant du revêtement extérieur de la pyramide de Khéops présentent une concentration en silicium et en magnésium bien supérieure à celle des échantillons de la carrière de Tourah dont ils sont censés avoir été extraits. 

Ce qui prouvent que ces blocs de parement n'ont pas été extraits tel quel et acheminés sur le parement exterieur de l'edifice,  mais putôt que le calcaire de Tourah a été aglomméré avec d'autres composants , liants.  Et certainement coulés dans des coffrages , damés et solidifiés sur la pyramide directement.   

De plus certains microconstituants, tels le silicate de magnésium, n'ont pas cristallisé comme dans des pierres naturelles.

Il convient de préciser que les prélèvements officiels en vue de demontrer sur un large echantillonnage le recours à des pierres artificelles par les batisseurs de la IV eme dynastie n'etant pas autorisés... les resultats ont été obtenus sur un petit nombre de prelevements "non autorisés" donc... à l'initiative de quelques scientifiques et quelques égyptologues, lassés sans doute qu'on fasse obstruction à leurs recherches.

@HistoireSecrete  Fevrier 2017

Aime bien Historique des recherches concluant a l' utilisation de pierres artifcielles / réagglomrées sur les pyramides de Gizeh - Source passion-egypte.fr

1979 : Le chimiste français Joseph Davidovits défend la théorie de la pierre agglomérée.

1992 : Le physicien belge Guy Demortier entreprend des recherches qui l'amènent à adhérer à cette thèse.

2001 : La géologue Suzanne Raynaud et l'égyptologue amateur Joël Bertho réalisent une étude (relatée par Science et Vie) soulignant un certain nombre d'anomalies dans les échantillons prélevés sur plusieurs pyramides.

2006 : Les physiciens Michel Barsoum et Gilles Hug publient à leur tour une étude en décembre 2006.