9. nov., 2013

Les secrets du regard eternel des statues egyptiennes

Un regard eternel qui donne l'illusion de vie à la statue même des milliers d'années après.

Un regard envoutant dans lequel on plonge irrémediablement , la statue semble vous suivre des yeux , ce qui a terrifié les premiers ouvriers qui ont decouvert ces oeuvres dans les tombes egyptiennes.

Comment les egyptiens ont ils pu arriver à une telle perfection de l'illusion pour reproduire le regard humain.  Et ce à une epoque reculée de leur histoire dès 2600 ans av JC.

Ce sont des secrets précieux qui vont être révélés dans ce sujet. Il a fallu utiliser nos technologies les plus modernes pour arriver à les saisir,  grace à un accélérateur de particules (AGLAE) qui propulse ses atomes à plus de 50 000 km/s...

 

Première etape: Voyage dans le temps

 

Pour se rendre il y a 4600 ans à Saqqarah à l' époque du pharaon Snefrou de la IV eme dynastie. Celui là même qui commandita la construction de la première pyramide monumentale à degré de la civilisation egyptienne.

Mais pour l' heure pénétrons dans les ateliers des artistes...

Epoque déjà dorée , dans les ateliers des Rois bâtisseurs de Saqqarah, les corps de métiers œuvrent ensemble : peintres et sculpteurs, polisseurs, orpailleurs, joailliers, bijoutiers, et façonniers de pierres précieuses s'affairent pour rendre une statue la plus humaine possible.

Et voila la phase qui nous intéresse: Avec délicatesse, les artistes achèvent le sertissage de pierres

qui vont conferer à la statue un regard d’une intensité et d’un réalisme renversant.

 

De quoi sont fait ces yeux ? Quelles techniques ont ils employé pour ce rendu ?

 

Il ne s'agit pas de verre , qui sera produit quasi industriellement un millenaire plus tard en egypte... 

L'accelerateur de particule rend son verdict : Il s'agit de cristal de roche très pur.

Taillé en cône, il s'enfonce réellement dans une sorte de globe oculaire. La surface du cône a été dépolie afin de créer un « rayonnement » autour de la pupille. Exactement comme l'iris de véritables yeux. Grâce à cela, nous avons appris que les Egyptiens avaient une connaissance de l’anatomie oculaire surprenante pour l’époque. L’artiste a reproduit fidèlement la courbure de la cornée et la percée de la pupille est à sa juste place, une précision et un souci du détail qui en dit long sur cette culture...

Le segment antérieur de l'œil est directement accessible à notre propre vision — 

Des joailliers, sachant polir des lentilles en quartz ...  et qui ne seront plus égalés dans l'histoire... même si d'autres epoques en Egypte et ailleurs ont elles aussi tenté de le reproduire . Grecs , romains, assyriens, etc.. s' y sont collés , aucun n' a egalé la perfection de l'illusion des artistes de Saqqarah il y a déjà plus de 4600 ans ...

 

@HistoireSecrete - Article du 16 mai 2014

Rédaction a partir des données et rapport du CNRS