28. oct., 2013

Les automates de la haute antiquité

Depuis la haute Antiquité, l’homme a fabriqué des automates. A travers l’histoire, il a toujours "cherché à créer des machines animées reproduisant les mouvements des êtres vivants".

Dans l’Egypte des pharaons, les prêtres faisaient fabriquer des statues, dont une partie pouvait être manipulée à l’abri des regards, afin de faire croire qu’elles étaient vivantes. Ils voulaient ainsi frapper l’imagination des spectateurs et augmenter leurs croyances religieuses.

Exemples d'automates egyptiens connus:

- un masque Anubis avec une mâchoire mobile (photo jointe)

- Les premiers automates hydrauliques et pneumatiques furent mis au point vers -270 à Alexandrie.

Les fontaines animées de Ctébios avaient des figurines mobiles et des oiseaux chantants. Son disciple Héron rédigea le Traité des Automates, dont on a retrouvé une quinzaine d'exemplaires sur la construction d'automates comme démonstration scientifique.

Philon de Byzance monta même un théâtre d'automates remplaçant les acteurs pour attirer et distraire le peuple.

- les colosses de Memnon qui gardaient à Thèbes l'entrée du temple d'Aménophis III ( 1391-1352 ), et dont un historien grec a dit : « dès que la statue était touchée par les premiers rayons du soleil et que la chaleur atteignait ses lèvres, elle émettait un son et semblait lever gaiement les yeux vers la lumière, comme un homme qui se chauffe au soleil »

Vers 300 ap JC à la destruction d' Alexandrie les savants arabes récupérèrent quelques siècles plus tard les manuscrits de Héron, en ajoutant des inventions de leur cru.


L’époque gréco-romaine a, elle aussi, connu une quantité d’automates dont le fonctionnement était fondé sur les principes simples de la physique (le mouvement des liquides et la compression de l’air). Leur fabrication donna lieu à de véritables études physiques, qui furent copiées par la suite.

Par exemple En -380, Archytas de Tarente, ami de Platon, se construisit un pigeon mécanique en bois : Suspendu à l'extrémité d'une barre, il tournait sur lui-même grâce à un jet d'air comprimé !

Reste aussi quelque temognages ecrits dont on ne sait pas exactements s'ils decrivent des inventions réelles ou relevant de l'imaginaire. En tout cas la connaissance de ces machines , l'envie et certaines techniques (mecanismes et engranges , hydrauliques , air comprimé etc...) étaint déjà là .

Héphaïstos, le dieu forgeron fabriqua deux femmes robots articulées et en or. Elles étaient capables de parler et pouvaient  exécuter des tâches souvent difficiles. Il possédait aussi un assortiment de tables à trois pieds, munies de roues d'or, lesquelles pouvaient aller et venir toutes seules.
L'Iliade décrit d'ailleurs la collection de statues vivantes de Héphaïstos

Pour les phéniciens, il reste très peu d'informations à ce sujet, mais des passages de textes (Préparation d'Eusèbe notamment) décrivent des Michnius, terme qui, pour certains, désignent des inventeurs - mais des inventeurs mécanistes.
notamment les Cabiréus qui, eux, inventent, fabriquent, des objets de haute magie : des chars volants ou se mouvant par eux-mêmes, sans aide de la force animale, des sortes d'automates, également tout un arsenal d'armes et d'équipement militaire très sophistiqués.