9. janv., 2018

Tarasque , la civilisation oubliée de Meso-amérique

Au milieu du xve siècle de notre ère, deux puissantes civilisations se partagent un monde alors encore inconnu des Européens. 

 La première, contrôlant l’est,du Mexique , célèbre par sa destruction par les conquistadors espagnols en 1521. Il s’agit de l’empire aztèque. La seconde, à l’ouest, est le royaume tarasque . Les deux civilisations sont des rivales héréditaires, comme le soulignent les Codex laissés par les Azteques. Les Tarasques , eux , ne nous ont laissé aucun ecrits. 

Description de cette image, également commentée ci-après

En Vert- frontieres estimées du royaume Tarasque

En Gris - Empire Azteque

Pourtant se sont les seuls en meso amerique (avant les conquistadors) a avoir resisté et même defait les soldats Azteques lors de leurs confrontations.

Pourtant , Les Tarasques sont sortis de la plupart des mémoires et ont été longtemps délaissés par la recherche. Ce n’est qu’au cours du xxe que la civilisation tarasque sort de l’oubli et seulement à partir des années 1970 que l'archéologie va enfin oeuvrer à sa redécouverte.

 

Pourtant il y avait bien un ecrit sur eux et des plus importants qui aurait du permettre de s'en souvenir plus tôt...  un texte colonial majeur , parvenu jusqu’à nous , la Relación de Michoacán recueillis vers 1540 par le frère franciscain Jerónimo de Alcalá auprès des doyens de l’ancienne élite tarasque. 

Ces derniers contèrent l’histoire mythique de leurs ancêtres, les guerriers nomades Uacúsecha, qui quittèrent leurs plaines natales pour migrer vers le sud en des temps anciens. Ils vinrent s'etablir non loin des rives du lac de Zacapu, au nord de l’actuel état du Michoacán, où ils constituèrent des alliances avec des populations locales.
Mais les relations se dégradèrent et des conflits les poussèrent à poursuivre leur chemin. Ils choisirent finalement de s’installer sur les rives du lac de Pátzcuaro,au sud-est de Zacapu et ainsi, d’après la légende, fondèrent l’État tarasque au milieu du xive siècle de notre ère.

D'après la légende...

 Et c'est la le problème de cette zone. il faut se contenter souvent de legendes pour connaitre les origines des civilisations qui y ont prospéré. 

Exemple: la Periode 900 – 1250 apr. J.‑C–  est une periode encore mal comprise en meso amerique. Il semble que la frontière nord de Mésoamérique se contracte vers le sud dès le début du xe siècle, entraînant des vagues de migrations de populations. 

C’est probablement de ce phénomène que découlent les légendes fondatrices sur la base desquelles les civilisations  légitimeront par la suite leur hégémonie. Il en va ainsi de l’origine chichimèque des Toltèques, de la venue des premiers Aztèques, guerriers-nomades, depuis la mythique et enigmatique Aztlan vers le bassin de Mexico ou des pérégrinations des Uacúsecha.

Pourtant il y a bien une réalité archéologique concernant les Tarasque et on s'apperçoit alors qu'elle ne correspond pas du tout à la legende, vehiculées par les anciennes elites de cette civilisation. 

La réalité historique se situe là à  Tzintzuntzan sur les rives du Lac de Pátzcuaro

 

 et elle très palpable, et elle est si imposante, qu'on comprend d'autant moins cet "Oubli" ou peu d'intéret ancien concernant les Tarasques. 

Au milieu du xiiie siècle un groupe humain s’installe dans cette région déjà occupée (Michelet, 2005). L’implantation des nouveaux arrivants provoque une brusque pression démographique. 

Ce groupe Humain , que la legende presentait comme des "Guerriers nomades' est en fait une civilisation urbaine de premeire importance venue s'installer dans cette region. 

L’archéologie a en effet pu mettre en évidence la création vers 1250 apr. J.-C. de véritables cités, très denses, pouvant accueillir plusieurs milliers d’habitants.

[les cités Uacúsecha pouvaient accueillir plusieurs milliers de personnes. Les estimations sont pour l’instant fondées sur le nombre d’unités d’habitation en admettant que chacune pouvait loger cinq à six personnes. ]

 

Tres loin donc du mythe du guerrier nomade revendiqué par les elites tarrasques... On a affaire içi a une culture pleinement urbaine et capable de se sedentariser. 

Capables egalement d'enormes travaux de terrassement , d'apport massif de terres rapportées (sur un sol volcanique tres pauvre en terre)
dont même aujourd'hui les archéologues ont du mal a en estimer l'ampleur de ces travaux et la façon dont ils s'y sont pris pour les mener a bien. 

Capables egalement d'une maitrise metallurgique complète: metallurgie du cuivre, du bronze et d' alliages cuivre-bronze, étain-bronze-arsenic ou cuivre-bronze-arsenic (pas si frequent que cela pour cette zone qui n' a connu que tardivement les metaux - si l'on excepte l'or):  

les espaces cultuels, bien que sur le modèle pan-mésoaméricain de la pyramide associée à une place, sont différents des exemples locaux connus auparavant. Les bases pyramidales de plan carré jusqu’au Postclassique ancien deviennent rectangulaires sur les sites Uacúsecha. Parallèlement, plusieurs changements sont notables dans le traitement des défunts.

Cette organisation urbaine, trahissant un nouveau type de hiérarchisation sociale, restée inédite dans la région (Michelet et al., 2005)

Inédite dans la region , comme les materiaux de construction utilisés: on n’a trouvé aucun vestige ou preuve de l'utilisation de STUC  que ce soit pour les planchers ou pour les murs, encore une différence significative par rapport au reste de la mesoamérique.

 

Aime bien On a donc içi de nombreux (pour ne pas dire tous*) indices d'une population (avancée) et exogène qui vint s'installer dans cette zone. Un dernier etant la langue Tarasque qui ne serait liée à aucune langue Meso-americaine connue. 

*Je n'ai pas par contre trouvé / pu avoir  accès a des données génétiques correspondant aux individus de cette zone precise au milieu du XIII eme siecle.  

L'Absence d'ecrit explique t il cet oubli total ? En partie seulement...

Oubli, Peu de textes , mythe fondateur faux participeront à leur long effacement des mémoires. Et leur caractère exogene ne m' y semble pas etranger non plus... 

Eclipsée d'abord par la civilisation voisine et rivale Azteque qui elle a laissé de nombreux texte, de nombreuses narrations des conquistadors a leur sujet , tandis que le royaume Tarasque leur etait un peu plus periphirique.  Eclipsée enfin par les mexicains actuels,qui  assez conscients (à mon sens et on peut le penser au vu des analyses des elements archéologiques déjà produits) des origines exogènes des Tarasques , lui ont préféré la  civilisation aztèque qui , elle, a pris énormément de place dans l'imaginaire historique du Mexique.

@HistoireSecrete  Janvier 2018

Cet article a été réalisé grâce aux sources bibliographiques suivantes :

- Study of Prehispanic Sites in the Zacapu Region (Mexico) during the Postclassic Period (13th-15th c. AD) Antoine Dorison (edition sorbonne) [source principale]


- Pollard H.P. (2008) – A Model of the Emergence of the Tarascan State, Acient Mesoamerica, vol. 19, Cambridge University Press


- Royaume_tarasque (wikipedia)

 Photo: Pyramide de la civilisation Tarasque Yacata (base ronde) à Tzintzuntzan