Les secrets des Olmèques - Maya - Aztèques et autres

9. janv., 2018

Au milieu du xve siècle de notre ère, deux puissantes civilisations se partagent un monde alors encore inconnu des Européens. 

 La première, contrôlant l’est,du Mexique , célèbre par sa destruction par les conquistadors espagnols en 1521. Il s’agit de l’empire aztèque. La seconde, à l’ouest, est le royaume tarasque . Les deux civilisations sont des rivales héréditaires, comme le soulignent les Codex laissés par les Azteques. Les Tarasques , eux , ne nous ont laissé aucun ecrits. 

Description de cette image, également commentée ci-après

En Vert- frontieres estimées du royaume Tarasque

En Gris - Empire Azteque

Pourtant se sont les seuls en meso amerique (avant les conquistadors) a avoir resisté et même defait les soldats Azteques lors de leurs confrontations.

Pourtant , Les Tarasques sont sortis de la plupart des mémoires et ont été longtemps délaissés par la recherche. Ce n’est qu’au cours du xxe que la civilisation tarasque sort de l’oubli et seulement à partir des années 1970 que l'archéologie va enfin oeuvrer à sa redécouverte.

 

Pourtant il y avait bien un ecrit sur eux et des plus importants qui aurait du permettre de s'en souvenir plus tôt...  un texte colonial majeur , parvenu jusqu’à nous , la Relación de Michoacán recueillis vers 1540 par le frère franciscain Jerónimo de Alcalá auprès des doyens de l’ancienne élite tarasque. 

Ces derniers contèrent l’histoire mythique de leurs ancêtres, les guerriers nomades Uacúsecha, qui quittèrent leurs plaines natales pour migrer vers le sud en des temps anciens. Ils vinrent s'etablir non loin des rives du lac de Zacapu, au nord de l’actuel état du Michoacán, où ils constituèrent des alliances avec des populations locales.
Mais les relations se dégradèrent et des conflits les poussèrent à poursuivre leur chemin. Ils choisirent finalement de s’installer sur les rives du lac de Pátzcuaro,au sud-est de Zacapu et ainsi, d’après la légende, fondèrent l’État tarasque au milieu du xive siècle de notre ère.

D'après la légende...

 Et c'est la le problème de cette zone. il faut se contenter souvent de legendes pour connaitre les origines des civilisations qui y ont prospéré. 

Exemple: la Periode 900 – 1250 apr. J.‑C–  est une periode encore mal comprise en meso amerique. Il semble que la frontière nord de Mésoamérique se contracte vers le sud dès le début du xe siècle, entraînant des vagues de migrations de populations. 

C’est probablement de ce phénomène que découlent les légendes fondatrices sur la base desquelles les civilisations  légitimeront par la suite leur hégémonie. Il en va ainsi de l’origine chichimèque des Toltèques, de la venue des premiers Aztèques, guerriers-nomades, depuis la mythique et enigmatique Aztlan vers le bassin de Mexico ou des pérégrinations des Uacúsecha.

Pourtant il y a bien une réalité archéologique concernant les Tarasque et on s'apperçoit alors qu'elle ne correspond pas du tout à la legende, vehiculées par les anciennes elites de cette civilisation. 

La réalité historique se situe là à  Tzintzuntzan sur les rives du Lac de Pátzcuaro

 

 et elle très palpable, et elle est si imposante, qu'on comprend d'autant moins cet "Oubli" ou peu d'intéret ancien concernant les Tarasques. 

Au milieu du xiiie siècle un groupe humain s’installe dans cette région déjà occupée (Michelet, 2005). L’implantation des nouveaux arrivants provoque une brusque pression démographique. 

Ce groupe Humain , que la legende presentait comme des "Guerriers nomades' est en fait une civilisation urbaine de premeire importance venue s'installer dans cette region. 

L’archéologie a en effet pu mettre en évidence la création vers 1250 apr. J.-C. de véritables cités, très denses, pouvant accueillir plusieurs milliers d’habitants.

[les cités Uacúsecha pouvaient accueillir plusieurs milliers de personnes. Les estimations sont pour l’instant fondées sur le nombre d’unités d’habitation en admettant que chacune pouvait loger cinq à six personnes. ]

 

Tres loin donc du mythe du guerrier nomade revendiqué par les elites tarrasques... On a affaire içi a une culture pleinement urbaine et capable de se sedentariser. 

Capables egalement d'enormes travaux de terrassement , d'apport massif de terres rapportées (sur un sol volcanique tres pauvre en terre)
dont même aujourd'hui les archéologues ont du mal a en estimer l'ampleur de ces travaux et la façon dont ils s'y sont pris pour les mener a bien. 

Capables egalement d'une maitrise metallurgique complète: metallurgie du cuivre, du bronze et d' alliages cuivre-bronze, étain-bronze-arsenic ou cuivre-bronze-arsenic (pas si frequent que cela pour cette zone qui n' a connu que tardivement les metaux - si l'on excepte l'or):  

les espaces cultuels, bien que sur le modèle pan-mésoaméricain de la pyramide associée à une place, sont différents des exemples locaux connus auparavant. Les bases pyramidales de plan carré jusqu’au Postclassique ancien deviennent rectangulaires sur les sites Uacúsecha. Parallèlement, plusieurs changements sont notables dans le traitement des défunts.

Cette organisation urbaine, trahissant un nouveau type de hiérarchisation sociale, restée inédite dans la région (Michelet et al., 2005)

Inédite dans la region , comme les materiaux de construction utilisés: on n’a trouvé aucun vestige ou preuve de l'utilisation de STUC  que ce soit pour les planchers ou pour les murs, encore une différence significative par rapport au reste de la mesoamérique.

 

Aime bien On a donc içi de nombreux (pour ne pas dire tous*) indices d'une population (avancée) et exogène qui vint s'installer dans cette zone. Un dernier etant la langue Tarasque qui ne serait liée à aucune langue Meso-americaine connue. 

*Je n'ai pas par contre trouvé / pu avoir  accès a des données génétiques correspondant aux individus de cette zone precise au milieu du XIII eme siecle.  

L'Absence d'ecrit explique t il cet oubli total ? En partie seulement...

Oubli, Peu de textes , mythe fondateur faux participeront à leur long effacement des mémoires. Et leur caractère exogene ne m' y semble pas etranger non plus... 

Eclipsée d'abord par la civilisation voisine et rivale Azteque qui elle a laissé de nombreux texte, de nombreuses narrations des conquistadors a leur sujet , tandis que le royaume Tarasque leur etait un peu plus periphirique.  Eclipsée enfin par les mexicains actuels,qui  assez conscients (à mon sens et on peut le penser au vu des analyses des elements archéologiques déjà produits) des origines exogènes des Tarasques , lui ont préféré la  civilisation aztèque qui , elle, a pris énormément de place dans l'imaginaire historique du Mexique.

@HistoireSecrete  Janvier 2018

Cet article a été réalisé grâce aux sources bibliographiques suivantes :

- Study of Prehispanic Sites in the Zacapu Region (Mexico) during the Postclassic Period (13th-15th c. AD) Antoine Dorison (edition sorbonne) [source principale]


- Pollard H.P. (2008) – A Model of the Emergence of the Tarascan State, Acient Mesoamerica, vol. 19, Cambridge University Press


- Royaume_tarasque (wikipedia)

 Photo: Pyramide de la civilisation Tarasque Yacata (base ronde) à Tzintzuntzan

 

 

18. oct., 2017

Singulier est le mot idoine pour décrire  cette pyramide au Mexique, tres verticale , nichée en hauteur et surplomb ... environ 2 km au nord du centre de la ville, à plus de 2 000 m au-dessus du niveau de la mer et à 600 m au-dessus de la vallée de Tepoztlán. 

Résultat de recherche d'images pour "El Tepozteco"

Dédiée supposement au dieu Aztèque Tepoztecatl du Pulque (sorte de boisson alcoolisée tiré de l'agave), le sanctuaire a attiré des pèlerins d'aussi loin que le Guatemala en son temps. 

Or Les fouilles a proximité ont permis de mettre au jour des restes de céramiques et  de squelettes humains et d'habitations dont la datation a été évaluée entre 1500 et 1200 avant J.C (Source INAH janv 2011)  Ces découvertes n'ont pas encore permis d'identifier les groupes culturels auxquels appartenaient les premiers résidents de la zone qui n'etait donc pas les Aztèques (puisque la civilisation azteque est bien plus tardive 1200 à  1520 après JC). 

L'etude de la toponymie du lieu nous donne déjà quelques indices...

Tepozteco signifie „lieu de la pierre en métal ". En effet au voisinage de cette pyramide, la colline située au Jiquipilco est riche en fer météoritique. 

La Pyramide et la Métorite

 TolucaMeteorite.jpg

Débris de Méteorite trouvé dans la zone , à Toluca - Découverte de la météorite en  1776. 

Météorite ferreuse ( composition 91 % fer 8.1 % Nickel et inclusions de Troilite) dont 

le poids total est estimé à environ 3 tonnes, qui impacta cette zone il y a environ 10 000 ans (source: Buchwald 1975)  

Pendant des siecles les debris de cette méteorite ont permi aux populations locales de fabriquer de nombreux outils. 

Enfin pour rajouter à l' histoire singulière de ce lieu, sur la colline de  Jocotitlan, a été trouvé une grande dalle, dont la surface est si bien travaillée,  qu’elle brille comme un miroir**. Les habitants la nomment „Pierre Vierge” (pas de photo disponible in situ)

@HistoireSecrete Octobre 2017

** Note: C'est tres certainement en rapport avec cette meteorite et correspondrait a une dalle d' Octahedrite 

 En polissant cette roche meteoritique typique des météorites Fer/ nickel (comme celle de Toluca) , les anciennes cultures locales ont du faire apparaitre ce qu'on appelle aujourd'hui les figures de "Widmanstätten" qui donnent cet effet "miroir" (quand polies uniquement)

Image associée

 

30. mars, 2015

Pyramide-du-Soleil-de-Teotihuacan---Mexique.jpg

Pyramide du Soleil - Téotihuacan - Mexique

----

Les temples-pyramides s'inscrivaient dans une longue tradition culturelle primordiale en Méso-Amérique qui a commencé avec les olmèques et c'est transmise et conservée jusqu'aux aztèques.

Mais que symbolisait ces pyramides, quelle role avaient elles au dela d'un simple tombeau

utilisé par leurs dirigeants ?

Des villes comme Teotihuacan, Tenochtitlan, El Tajin et Monte Alban reproduisent la narration du mythe de la "montage Sacrée" avec la construction de grands temples.

Les  majestueuses pyramides du Soleil àTeotihuacan, Les Niches de El Tajin, Veracruz, Les Inscriptions à Palenque, Chiapas, sont autant d'exemples précis et symbolique du Mythe de la montagne sacrée qui se réfère au debut de la création du monde , quand un couple de createur unirent leurs forces pour faire emerger de l' océan une enorme montagne.

Cette histoire est racontée en 6 episodes et chaque site illustre une partie !: Monte Alban, Palenque, Teotihuacan, El Tajin, Tenochtitlan and Tlatelolco

Pour respecter les principes fondateurs donnés par les dieux, chaque cité a construit de grands temples ayant la forme de montagnes , parfois construit au dessus d'une source ou d'une grotte , selon les mythes originaux Nahua , Maya , zapoteque
           
Les mythes fondateurs ( pré-hispaniques il est primordial de le repreciser !) expliquent qu' au debut tout etait sombre et silencieux, que le ciel et l'eau etait unies par le chaos, que rien ne bougeait , et que la lumière du soleil n'existait pas. Toutes les traditions de cette zone se réfère à un couple créateur , qui en unissant ses forces fit emerger des profondeurs de l' océan , une montagne gigantesque.

Cette montagne vivante , cette montagne première est symbolisée par les grandes pyramides , "reconstructions humaines" de la première montagne symbole de fertilité , de renovation du monde et d'abondance.

Outre les  pyramides , les places sous terraines, les grottes , le relief montagneux entourant les cités sont des elements utilisés qui s'insèrent dans la narration des mythes , comme un moyen de faire revivre sans fin les temps mythiques de creation , pour legitimer le pouvoir de ceux qui ont en charge de maintenir ce lien intemporel avec les mythes du debut des temps , et d'exprimer l' adhesion des habitants de ces lieux aux principes fondateurs etablis par les dieux.

Les sites méso-americain sont le trait d'union entre le temps présent et le temps des mythes, à decoder comme un livre d'image qui raconte sans fin l'histoire de la creation du monde.
   
Ce systeme de croyance a été etudié grace aux monuments découverts et leurs iconographies et retranscript en latin durant le XVI eme siècle , dans des livres et codex tel que le "Vaticanus" , le " Rios" et le Popol Vuh.

Le Mythe Maya inclu dans le Popol Vuh se refère à la force créative suprème d'un couple d'ancêtre nommé Xpiyacoc et Xmucane; Le mythe Mixteque nomme  le couple comme " Un" ,"One Deer" Les mythes Nahua appèlent le principe  dual Ometeotl.


Le site de Monte Alban est l'axe où les dieux vivent, dans des palais sur le sommet des montagnes. Cela correspond aux mythes Mixteca et Zapotec de la montagne sacrée avec des palais sur son sommet.

A Palenque, leTemple des Inscriptions est creusé dans la montagne , à Teotihuacan, La Pyramide du Soleil est entourée de canaux d'eaux , de sorte que durant la saison des pluies , elle semble flotter comme une ile sur les eaux !   Tenochtitlan et Tlatelolco furent construites au dessus du Lac Texcoco Lake, ainsi ses temples et batiments se refletent dans les eaux * et  ramène à l'image de création et d'ordre cosmique des mythes originels.*


Article basé sur les travaux de Diana Magaloni, directeur du National Museum of Anthropology (MNA) à Mexico

----

* même règle de façon sure pour les ziggurats mesopotamiens qui devaient imperativement avoir leurs bases entourées de canaux (et où les bateaux sumeriens s'amarraient directement aux ziggurats).

* même règle de façon probable pour les egyptiens qui accompagnaient les pyramides de lacs artificiels (lac artificiel et egalement fosses à barques dans le cas de Gizeh)

@HistoireSecrete - Avril 2015

26. mars, 2015

la stèle olmèque numéro 19 du site de La Venta

 

est la plus ancienne représentation du dieu serpent à plumes,
le Quetzalcoatl aztèque, figure particulièrement emblématique
du panthéon divin des anciens Mexicains. Cette stèle représente
un prêtre, portant un masque de jaguar, assis dans
les anneaux formés par le corps d’un serpent à sonnettes. La
tête du reptile est ornée d’unecoiffe de plumes et le prêtre est
reconnaissable au sac à copal
qu’il tient dans sa main. Le copal est de l’encens utilisé par
les prêtres lors de toutes les cérémonies.

(Source: D.LEVINE)

On a donc la chance et le privilège sur le site olmèque de la venta , de voir le vrai et premier visage de Quezalcoatl , avant qu'il ne soit repris, réinterpretté avec des sur ajouts symboliques par d'autres cultures (proches cependant) que sont les mayas, les azteques , les tolteques , tiwanaku, etc...

 

 

C'est peut etre déjà des incarnations humaines de ce dieu ... ou ce dieu lui même.

Dans le contexte americain ce dieu a quelques attributs bien specifiques :

- la couronne de plume de l'oiseau Quezal , avec un nombre de plume assez précis: 14- qui réponde aux regles de representation de cet oiseaux ( 7 plumes sur la tete et 7 plumes sur la queue) La couronne du dieu quezalcoatl c'est 7 plumes à gauches , 7 plumes à droites formant parfois une plume centrale.


- la coiffe trilobée dont on retrouve l' heritage chez les "bouffons" en europe et dans l' iconagraphie du Joker , car en effet le personnage du joker nous est parvenu d'un tres ancien jeu pratiqué en Amérique.


- le baton de marche , car c'est le prototype du dieu dit civilisateur qui se deplace de contrée en contrée (il est d'ailleurs assimilé par cet aspect à virococha , cuculain , etc... repris par d'uatres cultures meso americaine et andines.)

C'est une divinité qui rentre dans la grande famille des protéïformes, aux multiples visages, et aux très nombreux avatars. Dieu-héros, fondateur d'empire, civilisateur, initiateur et salvateur/protecteur. Mais cet ancien dieu serpent est également une vieille divinité de la religion animiste : Un esprit des eaux, né du vent, que l'on invoque chez les tribues de chasseurs.


Les cultures meso americaines sont encore de nos jours persuadées du retour de ce dieu Quezalcoatl qui marquera la fin de notre monde , pour lancer une nouvelle ere ( un quatrième ou cinquième monde selon les mythologies).

@HistoireSecrete - Mars 2015

4. juil., 2014

Une pyramide de + 4,5 millions de m3. Surpassant en volume d'un tiers la grande pyramide de Gizeh ! Quelle civilisation a pu construire cette folie: Les OLMEQUES !
Cholula signifie " Montagne artificielle" et c'est bien ce que batirent les olmèques en empilant les unes sur les autres pas moins de 7 pyramides !
Les civilisations pré-hispaniques avaient l'habitude de restaurer les constructions abandonnées, avec l'objectif de maintenir et developper les constructions originales. Mais la première construction est bien Olmèque. La pyramide fait 66 mètres de haut pour 450 mètres de large à sa base, ce qui en fait également la pyramide la plus haute d'Amérique. . Les espagnols decidèrent de laisser faire la végétation pour faire disparaitre la pyramide au fil du temps, et ils se contentèrent de construire une église sur la cime de la pyramide. Conséquence facheuse: impossible dès lors d' acceder au coeur de la pyramide ... Les archéologues ont cependant réussi à recenser quelques 8 km de tunnels sous cette mystérieuse pyramide.